Création de la table de configuration avec GéoFusion

La dernière mouture de GéoFusion permet de créer directement la table de fusion contenant les paramètres de configuration sans passer par la création manuelle d’un fichier csv.

Le bouton [Enregistrer la configuration] de la page de paramétrisation propose maintenant de créer la table de fusion contenant les paramètres de configuration. L’opération se déroule en 2 étapes :

  1. Le système sauvegarde les paramètres dans un cookie identifié par le nom de la configuration;
  2. Après confirmation de l’utilisateur, le système crée une table de fusion de paramètres dont l’identifiant peut être utilisée en paramètre pour démarrer GéoFusion en mode pré-configuré. (Plus d’info sur cette option dans ce document). Cette étape se décompose en 3 sous-étape :
    1. Copie de la table modèle dans le Google drive de l’utilisateur;
    2. Insertion des paramètres de configuration;
    3. Changement du nom de la table copiée par celui indiqué par l’utilisateur

Notez que pour créer la table dans le compte utilisateur, ce dernier doit autoriser GéoFusion à accéder à son Google Drive.

Un site de photos avec GéoFusion

Il est possible d’utiliser GéoFusion pour un site de photos classique. En effet, une nouvelle option de l’écran de paramétrisation permet d’afficher uniquement les photos dans la page de résultats sans les critères d’interrogation utilisés.

Ainsi, au lieu d’afficher une ligne par résultat trouvé dans la table de fusion, le système affichera une grille avec les vignettes d’images récupérés dans la table de fusion principale à la manière d’un site de photos conventionnel. Le nombre d’éléments affichés dans une page de la grille est déterminé par les dimensions de la fenêtre du navigateur.

Comme dans les autres utilisations de GéoFusion, l’affichage de la photo pleine grandeur utilise la librairie Hightslide JS.

L’exemple ci-dessous illustre le résultat en utilisant la table de fusion des photos de sites patrimoniaux cités par les municipalités et les communautés autochtones du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

GéoFusion – Photos de site patrimonial

Nouvelle option pour GéoFusion

Une nouvelle option s’ajoute maintenant aux paramètres de configuration de GéoFusion. Il est possible d’ajouter une table (de fusion) de référence pour les colonnes Fourchette de valeurs et Description afin d’y associer un domaine de valeurs.

Lorsque l’option est utilisée, la zone de saisie s’accompagne d’une liste de valeurs qui s’active lorsque l’utilisateur saisit du texte. La liste peut également être utilisée directement en utilisant un dispositif de pointage comme une souris.

Les fichiers de configuration possèdent 2 nouvelles colonnes : nomTableDeA et nomTableDescrip pour conserver ces informations.

Publication de GéoFusion

GéoFusion est un micro système d’information géographique (SIG) dont la fonction principale est la recherche de données en utilisant une combinaison de critères alphanumériques et géométriques. GéoFusion utilise les tables de Fusion de Google comme base de données. L’application frontale est réalisée en javascript et s’exécute dans le navigateur. Elle utilise les API de Google Maps et des tables de fusion.

Pour utiliser GéoFusion avec vos données, créez une table de fusion avec au moins une colonne de type localisation. Démarrez GéoFusion en mode Démo et modifier les paramètres de l’application en y substituant vos propres informations. Une fois GéoFusion correctement paramétré, partagez votre application en créant un lien de partage qui inclut un fichier de configuration personnalisé. Ci-dessous quelques exemples d’utilisation de GéoFusion avec des données ouvertes :

Toute l’information sur l’utilisation et la configuration de GéoFusion est présenté dans ce document.

Mise à jour de CRAQ

Une nouvelle option est maintenant disponible dans l’écran des paramètres de CRAQ.

Cette option permet de choisir entre l’affichage de toutes les géométries ou des géométries de la partie de la carte affichée seulement. L’option peut être utilisée pour s’assurer que tous les arbres sont présents sur la carte.

Selon la documentation officielle de Google, seules les 100 000 premières lignes sont sélectionnées lors d’une requête spatiale. Je n’ai pas été à même de démontrer qu’il manquait des géométries lorsque leur nombre dépasse 100 000 mais bon vaut mieux être prévenu.