CRAQ quitte les tables de fusion

En dépit de ce que j’avais annoncé, j’ai pu migrer l’application web CRAQ des tables de fusion à une BD MySQL. Le plus difficile a été de remplacer le layer des tables de fusion par un data layer conventionnel alimenté par la base de données.

En effet, l’API du Fusion Table layer était on ne peut plus efficace pour gérer l’affichage de milliers de points sur la carte Google map. Aucune optimisation n’était nécessaire. Tout était pris en charge par l’API. En utilisant un Data layer conventionnel, l’affichage de quelques milliers de points devenait tout à coup une tâche très lourde.

Pour optimiser l’affichage, la représentation des arbres à petite échelle utilise maintenant une carte thermique moins gourmande en ressources. Pour les niveaux supérieurs, l’application gère l’affichage en ne conservant dans le Data layer que la partie visible à l’écran. De plus, ce module n’affiche pas plus de 2 000 points simultanément à l’écran pour diminuer le décalage entre les mouvements de la carte et son affichage à l’écran.

Malgré tout, l’affichage des points même à grande échelle est moins fluide qu’il pouvait l’être avec l’utilisation de l’API du Table Fusion Layer. Par contre, l’utilisation d’une carte thermique (heat map) s’est avérée une façon très efficace de représenter la distribution des arbres à petite échelle.

La mise à jour s’accompagne également d’une modification de l’interface du filtre dont la fenêtre modale a été remplacée par un menu latéral qui s’affiche lorsque le curseur de la souris touche la limite gauche de l’écran ou l’icône de l’application. Finalement, une fenêtre « À propos de CRAQ » qui détaille l’application et la source des données a été ajoutée. Elle s’affiche en utilisant le lien hypertexte du même nom situé en haut à droite sur la carte.